Où se cache votre « arbre à réaliser les souhaits » et comment l’utiliser?

Partager c'est aider !

Il était une fois, un voyageur très fatigué s’assit a l’ombre d’un arbre sans se douter qu’il venait de trouver un arbre magique’ « l’Arbre à Réaliser des Souhaits ».
Assis sur la terre dure, il pensa qu’il serait bien agréable de se trouver dans un lit moelleux. Aussitôt, ce lit apparut à côté de lui. Etonné, l’homme s’y installa en disant que le comble du bonheur serait atteint si une jeune fille venait masser ses jambes percluses. La jeune fille apparut et le massa très agréablement.
« J’ai faim, se dit l’homme et manger en ce moment serait à coup sûr un délice». Soudain,une table surgit, chargée de nourriture succulente.arbre à réaliser les souhaits
L’homme se régala. Il mangea et il but. La tête lui tournait un peu. Ses paupières, sous l’action du vin et de la fatigue, s’abaissaient. Il se laissa aller de tout son corps sur le lit, en pensant encore aux merveilleux événements de cette journée extraordinaire.
« Je vais dormir une heure ou deux, se dit-il. Le pire serait qu’un tigre passe par ici pendant que je dors. »
Un tigre surgit aussitôt et le dévora !

La morale

Ce qui est extraordinaire dans un arbre « magique », c’est la quasi-instantanéité de la réalisation des souhaits.
Vous l’avez compris, nous avons en nous un « arbre à souhait» qui peut nous amener, selon ce à quoi nous pensons, le bonheur ou le malheur. Mais est-ce vraiment si rapide ?
Nous sommes hypnotisés par l’idée que ce qui est acquis sans effort n’a pas de valeur, que ce qui en vaut la peine doit être difficile ; que les meilleurs fruits de la vie sont hors de notre portée. Mais ce sont ces pensées elles-mêmes qui sont des «barrières ».
Nous nous enfermons dans un monde bien clos et cette clôture est celle de nos pensées.
Rien n’est mauvais ni bon. C’est notre pensée qui crée le malheur ou le bonheur. Nous sommes responsables de nos malheurs.
Peut être allez-vous m’accuser d’être un tenant de la « pensée positive » qui stipule qu’il suffit d’espérer quelque chose pour l’obtenir.
C’est plus complet que cela. Il ne suffit pas « d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer. »
Mais c’est l’espérance qui pousse à l’action et la réussite d’objectifs progressifs qui motive à persévérer.

Pourquoi pas lire: Pourquoi penser positif N’EST PAS SUFFISANT. Vous aurez une idée plus claire des facteurs qui vous font manifester vos désirs les plus fous.

En résumé

  1. Il faut savoir ce que l’on veut vraiment. Trop souvent nos désirs sont vagues, imprécis, mal formulés.
  2. Il faut demander (il ne suffit pas d’espérer) sans se préoccuper du fait que cela peut paraître « impossible » sans votre « arbre à souhait » ; c’est-à-dire dans une situation ou votre subconscient et réceptif.
  3. Il vaut mieux éviter les pensées négatives !

Laisser un commentaire

a:link { color: #1196b2; }
shares
%d blogueurs aiment cette page :